« Lors d’une journée ordinaire de travail dans une maison de retraités, j’allais m’installer pour discuter avec une résidente. Elle m’observa attentivement et me demanda si je parlais français. ‘’Bien sûr que oui’’, avais-je répondu. Aussitôt, son visage s’était illuminé. Elle s’était rapidement tournée vers une infirmière et lui avait demandé d’aller chercher ‘’Virginie, Nicole, Yvonne…’’ pour les inviter à la rejoindre au plus vite. C’était toutes ses amies qui parlaient aussi français. Elles avaient si peu d’occasions de pratiquer leur langue maternelle, que le moindre signe de vie francophone les excitait grandement », raconte Manassé Maniragaba, conseiller en emploi pour les jeunes à l’ACFOMI. 

Cette histoire est l’une des premières qui lui viennent à l’esprit lorsqu’on lui parle de sa francophonie. De souche, Manassé est un francophone du monde, mais c’est à travers différentes anecdotes comme celle-ci que son identité franco-ontarienne s’est développée. 

À la découverte du français 

D’origine africaine, Manassé parle différentes langues africaines comme le swahili, sa langue maternelle. En commençant l’école, le français entre dans sa vie et il tombe aussitôt en amour. Pendant longtemps, la langue française reste une langue scolaire pour Manassé, mais représente aussi une grande richesse culturelle.  

 « Pour moi, le français était comme l’ouverture d’un rideau me permettant de contempler le monde à travers des bandes dessinées, de la poésie, des romans… Tout me faisait rêver et me remplissait de bonheur! » dit-il. 

Avant de venir s’installer au Canada, il enseignait d’ailleurs en français dans les écoles secondaires du Rwanda. 

En 2004, sa grande curiosité le pousse à venir s’installer à Sudbury. Il y continue ses études à l’Université Laurentienne et prend connaissance des réalités franco-ontariennes pour la première fois. Manassé réalise d’ailleurs que sa philosophie face au français s’applique aussi aux Franco-ontariens :  

« Pour conserver une langue, il faut se créer des opportunités pour la pratiquer. »

Au cœur de la francophonie d’ici 

Après avoir vécu à Ottawa, Alexandria et Hamilton, sa famille et lui décident d’emménager à Kingston en 2017. Pour l’aider dans son établissement dans la région, Manassé a fait appel à nos services d’employabilité. On lui a, par la suite, présenté Michèle Dubois, directrice générale à l’ACFOMI qui voit un grand potentiel chez lui. Et c’est depuis que Manassé travaille dans cet organisme franco-ontarien régional! 

« Travailler à l’ACFOMI est mon opportunité de pratiquer une langue qui m’est très chère », dit-il.

Ce qu’il aime de la communauté locale 

Manassé aime voir la motivation des jeunes francos à participer et à contribuer à la francophonie d’ici à travers les concours et les programmes qui leur sont offerts. 

Ce qu’il souhaite voir dans la communauté locale 

Manassé souhaite que la communauté francophone, les organisations et les entreprises continuent à changer la perception de l’Ontario anglophone et facilitent davantage l’intégration des francophones dans les communautés régionales. 

Manassé affiche fièrement son drapeau franco-ontarien devant sa maison et adore rencontrer de nouveaux membres de la communauté. Nous vous souhaitons sincèrement d’avoir la chance de le rencontrer et de discuter avec lui. Merci mille fois à Manassé d’avoir partagé son parcours avec nous, c’est une fierté de pouvoir le partager avec la communauté ! 

L’Équipe ACFOMI